Guillaume Soro veut-il se retrouver à la CPI ? Par Frank Ettien, journaliste

Publie le 19  juillet 2017  8h57
 
Je voulais vraiment garder le silence. Mais, chaque jour, j’ai un peu plus mal. Je comprends un peu plus ceux qui disent que « le silence est une torture ».
 
Comprenez alors que ce que je vais dire aujourd’hui, c’est juste pour me soigner un peu. Afin que, vous, mes amis n’écriviez pas sur des tee-shirts ou même sur vos page facebook ou twiter : « pourquoi si tôt… ».
 
Et parlons, politique ! Surtout de la posture de Guillaume Soro et ses proches. J’ai cherché à savoir pourquoi ils estiment que Guillaume Soro doit devenir président de la République en 2020. La seule réponse que j’ai pu voir ou avoir jusqu’à ce jour, c’est que « Alassane Ouattara et le RDR doivent être reconnaissants à Guillaume Soro ». Pourquoi « Parce? qu’il leur a permis d’accéder au pouvoir ». En quoi faisant ? « En acceptant de conduire une rébellion armée ». Et, certains de s’en targuer : « il l’a fait au moment où d’autres se cachaient dans ce pays ». C’est seulement pour ça ? « Lorsque Laurent Gbagbo voulait confisquer le pouvoir, c’est encore lui avec ses hommes qui ont lancé l’assaut et capturé Gbagbo ». Devant toutes ces réponses, moi, Franck Ettien, j’ai mal. Et même très. Que de gâchis. Sans le savoir ou peut-être croit-il les Ivoiriens si « cons », cet entourage « surexcité » expose son leader.
 
Parce que vous croyez que la rébellion armée est une bonne chose ? Une rébellion qui a endeuillé et appauvri des milliers de familles. Ces gendarmes capturés, traînés dans toute la ville de Bouaké attachés à des camions. Quand d’autres ont été purement et simplement égorgés. Ces citoyens spoliés de leurs biens (voitures, maisons, boulot, etc.). Ces villes détruites (Vavoua). Duekoué, Nahibly où des populations ont été massacrées. Ces gens que l’on a enfermé dans un conteneur jusqu’à ce qu’ils meurent étouffés. Un pays coupé en deux où des familles ont mis presque 10 ans avant d’aller rendre visite à leurs proches de l’autre côté quand ceux-ci n’ont pas définitivement disparus,  comme c’est le cas du père d’une amie... Ces innocents (Marcellin Yacé) morts bêtement sans savoir ce qui se passait. Juste ça. Ce qui me revient en mémoire… pour la rébellion.
 
Quant à la crise postélectorale, je l’ai plusieurs fois dit et écrit. Laurent Gbagbo a déconné en ne cédant pas le pouvoir alors que les forces en présence étaient déséquilibrées. Pour aller plus loin, je crois même qu’il a « merdé » en voulant s’accrocher à un pouvoir que, pour ma part, il avait perdu dans les urnes (là n’est pas le débat). Mais, là encore, est-il moralement acceptable devant les Ivoiriens que l’on brandisse cela comme une victoire personnelle de Guillaume Soro qui devrait faire de lui le successeur d’Alassane Ouattara, quand on sait ce que cette bataille a engendré comme deuil ?  3000 morts selon l’ONU. Et je ne crois pas que ce soit 3000 militaires pro-Gbagbo. Encore moins 3000 personnes trouvées dans le bunker de Gbagbo. Ce sont des innocents à l’image de ce père de famille qui a pris une balle perdue au balcon de son appartement à Yopougon Maroc pharmacie Maty
 
.
En brandissant Guillaume Soro comme un homme fort à qui le RDR doit reconnaissance au point de faire de lui le successeur d’Alassane Ouattara, à partir de ces événements-là, j’ai mal. Plutôt que de brandir son militantisme, ses exploits au sein du parti, son apport à la construction de l’appareil politique, les réunions cruciales auxquelles il a pris part, avec une vision claire de l’avenir du RDR, etc.
J’ai encore plus mal quand j’imagine que cette posture est de nature à narguer les Ivoiriens. Résumé de façon triviale, cela donne : Guillaume Soro est le cerveau de la rébellion de septembre 2002 dont le bilan global jusqu’ici n’a jamais été produit ou rendu public. Ok. Il l’a fait pour permettre à Alassane Ouattara de venir au pouvoir. Ok. Donc pour le pouvoir, Guillaume Soro a conduit tous ces massacres et tueries d’innocents. Ok. Et malgré tout ça, les Ivoiriens ne disent rien. Ok. La justice ne dit rien. Ok. Donc, maintenant, c’est à son tour d’être au pouvoir ? Ok. Donc si le Rdr refuse de le choisir, il va encore tuer les Ivoiriens. Est-ce le message ? Ok.
 
Chères amis, s’il vous plaît, changez de fusil d’épaule. Les Ivoiriens ont peut-être pardonné à Guillaume. C’est pourquoi il peut se balader tranquillement sans que personne ne l’enfarine. Ou peut-être, ils ne veulent pas utiliser la violence comme lui, mais plutôt la voie de la démocratie pour se faire entendre. Ou alors, à la façon d’une mère, ils veulent croire que leur fils s’était égaré un moment, et qu’il est définitivement revenu à la maison. C’est en cette dernière posture que je crois. Alors, que le fils arrête de leur rappeler ce qu’il était devenu. Encore que s’il visait la présidence du Rdr, cela n’aurait intéressé que les militants de ce parti. Pour diriger la Côte d’Ivoire, il doit plutôt miser sur qui il est devenu en proposant une politique claire. En débattant sur sa vision de la Côte d’Ivoire au plan économique, social, sécuritaire, etc. Je pense que c’est à ce seul prix que les Ivoiriens pourraient l’élire. 
Sinon, à force de rappeler son passé, beaucoup se demanderont (si cela ne l’est pas déjà) , pourquoi il n’est pas à la CPI. Et moi, je répondrai, parce qu’Alassane Ouattara lui est reconnaissant !
 
Franck Ettien , journaliste politique
 
#Afrikanewsmultimedia.com