APRES LE VERDICT DU 19 JUILLET DE LA CPI : LES REACTIONS DES CYBERACTIVISTES ET PANAFRICAINS

Le juge Piotr Hofmański
de la Chambre dappel de la C PI

#ProcèsCPI COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA CPI SUITE A LA DECISION DE CASSATION DE LA CHAMBRE D'APPEL CONCERNANT LA LIBERTE PROVISOIRE DU PRESIDENT GBAGBO...A lire et à partager

***** Service Communication CPI *****

Aujourd'hui, le 19 juillet 2017, la Chambre d'appel de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour ») a rendu son jugement annulant une décision de la Chambre de première instance I et a ordonné à cette Chambre de procéder à un nouvel examen concernant la question de savoir si M. Laurent Gbagbo devrait être maintenu en détention ou être mis en liberté, avec ou sans conditions. M. Gbagbo restera en détention dans l'attente d'une décision sur cette question.

Le 10 mars 2017, la Chambre de première instance I avait décidé du maintien en détention de M. Gbagbo. La Défense avait interjeté appel de cette décision le 20 mars 2017.

Le juge président dans cet appel, M. le juge Piotr Hofmański, a lu un résumé du jugement d'appel lors d'une audience publique, et a expliqué que, selon la Chambre d'appel, la Chambre de première instance aurait dû prendre en considération le temps passé par M. Gbagbo en détention en même temps que les autres risques examinés et aurait dû déterminer si, pour tous ces facteurs, la détention de M. Gbagbo continuait d'être raisonnable. Le juge président a ajouté que la Chambre de première instance avait commis une erreur en tenant compte, comme facteur favorisant la détention, du fait qu'un accusé nie sa responsabilité pour les charges portées à son encontre. Il a également noté que la Chambre de première instance a commis une erreur en considérant l'âge avancé de M. Gbagbo comme un facteur renforçant son désir de fuite, plutôt que comme facteur qui pourrait potentiellement atténuer la possibilité de fuir.

La Chambre d'appel a annulé la décision de la Chambre de première instance en considérant que ces erreurs ont sérieusement affecté la décision de la Chambre de première instance et a renvoyé cette question à la Chambre de première instance pour un nouvel examen de la détention de M. Gbagbo. Dans sa décision, la Chambre d'appel a souligné qu'elle ne suggère pas quel devrait être le résultat de ce nouvel examen par la Chambre de première instance.

Léo Côte D'Ivoire IV /#2CM/#REZOPANACOM

 

 

  • Excellence ZADI

ACCENTUONS LA PRESSION POUR OBTENIR LA LIBÉRATION DU PRÉSIDENT LAURENT GBAGBO

Le juge de la chambre d'appel a dit aujourd'hui que les arguments présentés par les avocats de la défense sont fondés pour demander la libération du président Gbagbo. Il demande par conséquent à Cuno Tarfuser et à ses collègues de la chambre de première Instance de revoir leur position. Mais il ajoute qu'il ne fait pas une injonction à la chambre de première Instance. Avait il besoin d'ajouter cela ? À quelle fin l'a t il dit? Juste des questions essentielles pour comprendre l'état d'esprit qui animait ce juge qui pour ma part était exoeditif. Je ne suis pas dubitatif quant à l'issue heureuse de notre combat.

C'est pourquoi je retiens que le serpent n'est pas encore mort. Nous devons donc nous armer de gros bâtons, cette fois-ci, pour le mettre définitivement à mort. Accentuons donc ce que nous faisons déjà bien pour que Cuno Tarfuser et ses amis lâchent et abandonnent leur position figée.

NOUS SOMMES PRESQUE DANS LES 6 MÈTRES. LA LUTTE CONTINUE

Excellence ZADIAvec Alexis Gnagno, #REZOPANACOM

 

·         Khaza Kakry

#Civ : Dans sa décision, la Coup d'Appel de la #CPI estime que la chambre de première instance a commis des erreurs dans sa décision contre Laurent GBAGBO, par conséquent elle doit réexaminer cette décision de demande de mise en liberté en provisoire.

Si tes arguments sont inexistants ou jugés insuffisants et qu'on te renvoie à ta copie, la suite c'est alors la : LIBÉRATION...!!!

Kakry Khaza - #Rezopanacom

 

Il faut savoir la nature de cette audience. Il s'agissait d'un appel devant le refus de liberté provisoire . Leurs rôles n'étaient pas donc de prononcer la libération, mais plutôt de dire si la décision de refus était fondée.
Et après tous les tours, elle a CASSÉE la première DÉCISION. Ça implique donc le réexamen de la décision de libération provisoire.
En attendant que nos juristes n'arrivent, je puis le dire, c'est une VICTOIRE.

 

 

#UNE DEMI VICTOIRE POUR NOUS

LA CPI A CASSE LA DECISION DE REFUS DE LA LIBERTE PROVISOIRE AU PRESIDENT GBAGBO
VIVE LA LUTTE QUI CONTINUE DE PLUS BELLE.
Cette fois ci luttons pour exiger larret pur et simple de ce proces sans fondement car tous leurs temoins a acharge et experts ont fini par blanchir le President Laurent Gbagbo
EXIGEONS LA RELAXE PURE ET SIMPLE DE LOTAGE ET LARRET DES COM ZONES , DE OUATTARA ALLASSANE OUATTARA ETDE SORO GUILLAUME

 

#CPI: la décision rendue ce jour par la cour d'appel est une victoire pour le président Laurent GVBAGBO. Elle denonce en substance le mauvais verdict rendu en première instance par des juges corrompus et informe l'opinion internationale sur la nature réelle de la justice version CPI.
Gbagbo Laurent est victime d'une injustice, la cour d'appel vient de le confirmer.

Thierry mbepgue- Combattant de la liberté

Le juge Piotr Hofmanski, président de la chambre d'appel entre par la grande porte dans le coeur des ivoiriens.
Sa mission (en notre faveur) était de casser la décision du refus de liberté provisoire prononcée le 10 mars et non de déclarer la libération du président, chose qui revient à la chambre de première instance, selon les explications de juristes reçues, et il l'a fait.
Une VICTOIRE certes pas définitive mais elle reste une VICTOIRE sur le chemin de la vérité et devrait alimenter nos espoirs et nos envies de lutte pour en finir une bonne fois pour toute avec toute gymnastique.
Je regarde les médias ghanéens et le GBAGBO qu'on présentait en dictateur sur ces chaînes est en train de changer les lignes éditoriales. Moi le réfugié politique je ne peux qu'être fier dans les rues de la ville où je suis présentement. Laurent GBAGBO mon leader qu'on jugeait infréquentable semble devenir fréquentable et impose la revision de tout ce qui avait été dit à son sujet.
#Rezopanacom

CPI: LA CHAMBRE D'APPEL CASSE LA DECISION DE LA CHAMBRE DE PREMIERE INSTANCE: VERS LA LIBERATION PROVISOIRE DE SEM GBAGBO

La Chambre d'Appel n'a pas compétences de libèrer ou de refuser de libérer. Elle se penche sur les raisons qui justifient le refus. Dans le cas de nos illustres prisonniers elle peut certainement, annuler les raisons qui fondent les arguments d'opposition de la Défense, à contrario elle demandera aux juges, sans doute de statuer de nouveau. Une annulation sans renvoi étant possible mais plutôt rare. En cas d'annulation de toutes les dispositions de la décisions de refus comme le demande la Défense, ainsi privés des motifs qui ont motivé leur refus, les juges devront sans doute ordonner la liberté provisoire.
Ce jour 19 Juillet 2017, la cour d'appel a donc casser la décision de la chambre de première instance, lui demandant de réexaminer sa décision à la lumière des motifs qui ont fondés justement le recours en appel de la défense.
Contrairement donc à ce qui s'entend, la chambre d'appel, qui n'a ni compétence de libérer et de refuser de libérer n'a donc pas maintenu le Président GBAGBO en détention, bien au contraire nous allons allègrement vers sa liberté provisoire ou conditionnelle que prononcera la cour de première instance.
Disons merci à Dieu pour cette victoire.
#GOR toujours

Une sélection de Bamba Kele massa

#Afrikanewsmultimedia.com

Laredaction@AFRIKANEWSMULTIMEDIA.COM