Alexis Gnagno nous rappelle larticle critique :< CPI : AUTOPSIE D'UN NAUFRAGE JUDICIAIRE> de Leslie Varenne

LESLIE VARENNE , Journaliste dInvestigation

Publie24 juillet 2017  10h 05

BONJOUR À TOUS

« Comment une Cour de justice internationale ose-t-elle présenter de tels documents comme des preuves irréfragables ?» telle est la question que pose dans cet article, à propos de la " marche des femmes d'Abobo ", Leslie Varenne, une journaliste d'investigation qui a enquêté en Côte d'Ivoire.

Rappelons que c'est cette "marche des femmes" dont personne, d'après la journaliste, ne connaît encore aujourd'hui l'organisateur, qui a déclenché à l'ONU la résolution 1975 illégalement utilisée par la France pour faire la guerre en Côte d'Ivoire. Bonne lecture.

CPI : AUTOPSIE D'UN NAUFRAGE JUDICIAIRE

Retour Sur La Tuerie Des Femmes D'Abobo

La tuerie des femmes d’Abobo est un événement crucial de l’histoire ivoirienne puisqu’il conduira au vote, le 30 mars 2011, de la résolution 1975 par le Conseil de Sécurité des Nations Unies. C’est sous le prétexte de cette résolution que les forces de l'ONU et de la France ont mené une guerre en Côte d’Ivoire en violation de la charte des Nations Unies.

Qui est donc l’organisateur de cette marche à hauts risques ?

Plus de cinq ans après les faits, personne n’est en mesure de répondre à cette question déterminante dans l’enquête.

Lors de l’investigation réalisée en 2011, deux commandants, qui se présentaient comme des éléments du Commando Invisible, mais qui étaient, en réalité, des infiltrés au sein de ce groupe pour le compte du camp Ouattara, avaient affirmé s’être rendus à l’hôtel du Golf pour rencontrer un personnage important
de la hiérarchie militaire . Ils lui avaient demandé d’annuler cette manifestation « Nous lui avons dit, il ne faut pas la faire c’est trop dangereux ». Pourtant, la marche a été maintenue.

L’armée de Laurent Gbagbo n’était pas une armée ethnique, elle était donc traversée par de nombreux courants, les fidèles, les indécis, elle comptait aussi des pro-Ouattara et elle a également dû faire face à de nombreuses trahisons...

Que dit Eric MacDonald (l'adjoint au procureur de la CPI ) sur cette séquence essentielle ? Il atteste « c’est le canon du véhicule blindé de transport de troupe un BTR80 qui se trouvait à l’avant du convoi qui a tiré le premier sur les femmes. ». Il montre des images et annonce « Vous pouvez voir la fumée qui sort de la bouche du canon. »

Sauf que, et n’en déplaise à la Cour, les BTR80 de Côte d’Ivoire ne sont pas équipés de canon ! Ils sont de type standard, seuls les BTR80 de type A disposent de canons de 30 mm.

D'ailleurs, comment croire qu’une personne filme avec son téléphone portable un char de face, alors que celui-ci vient de tirer une rafale de mitrailleuse ?

En outre, sur ces images aucune femme n’est visible, seuls quelques jeunes hommes avancent tranquillement au-devant de ce char encore fumant !

Comment une Cour de justice internationale ose-t-elle présenter de tels documents comme des preuves irréfragables ?

Par ailleurs, tous ceux qui suivent ce dossier ont encore en mémoire les clichés présentés, en 2013, par Fatou Bensouda lors de l’audience de comparution des charges de Laurent Gbagbo. Ces clichés étaient censés représenter une preuve des violences perpétrées par le camp de l’ancien Président, alors que ceux-ci dataient de 2008 et provenaient… du Kenya !

Qui a tiré ? Après une année d’audience, le mystère est toujours aussi épais. D’autant que les deux commandants proches du Golf, cités plus haut, présents sur les lieux après le drame ont affirmé avoir ramassé des douilles de calibres de 12,7 mm, qui proviennent d’autres types de mitrailleuses que celles présentes dans ce convoi. Une fois encore, sur une question cruciale, il y a fort à parier que la vérité ne sera jamais établie.

L’origine des tirs ayant entraîné la mort des femmes ne sera jamais connue car aucune autopsie n’a été effectuée sur les corps des victimes. Ces corps ayant mystérieusement disparu…

Par Leslie Varenne (Journaliste d'Investigation, Directrice De l'Iveris )

Leslie Varenne est l'auteure du livre Abobo la guerre.

Avec Alexis Bayoro Gnagno, Zadi Excellence, Karine Ballon

#REZOPANACOM

LECTURE COMPLEMENTAIRE SUGEREE PAR KARINE BALLON:

Source:

Karine Ballon Je mets les liens vers les deux parties du rapport cité ci dessous.
Dans ce Rapport, la journaliste , et directrice de l'IVERIS, pose, sur l'affaire dite " des femmes d'Abobo", au passage une des clés de l'accusation , TROIS QUESTIONS fondamentales auxquelles la CPI n'a toujours pas répondu :
1/Qui a organisé la manifestation ?
2/ Qui a tiré ?
3/ Ou sont les corps ?
On attend toujours les réponseJ’aimeRépondre

 

 

Karine Ballon https://www.iveris.eu/.../229-cpi__autopsie_dun_naufrage...

IVERIS

Plusieurs Etats africains ont annoncé leur retrait de la Cour Pénale Internationale (CPI), il s’agit de l’Afrique…

iveris.eu

 

Karine Ballon https://www.iveris.eu/.../235-cpi__autopsie_dun_naufrage...

 

IVERIS

Lors de sa première note sur ce procès, l’IVERIS avait pris l’engagement de revenir sur une des quatre…

iveris.eu

 

#Afrikanewsmultimedia.com