COMBAT DES AFRICAINS CONTRE LIMPERIALISME : ÉPHÉMÉRIDE POUR RÉAFFIRMER LE SENS DE NOTRE ENGAGEMENT .Par Excellence ZADI

LAURENT GBAGBO ET feu MUHAMAR KADAFFI :
Deux grandes figures de l Afrique Digne en Lutte

Publie le 25 juillet 2017 a 12 h58

 

Pour ceux qui ont appris à se former pour combattre l'impérialisme, ils se seront rendus compte que celui ci est une pieuvre qui ne lâche pas facilement sa proie. La proie si elle ne sait pas manœuvrer meurt très souvent. L'impérialisme occidental depuis son intrusion brutale et guerrière sur le continent africain a toujours procédé comme une pieuvre. Quand il capture sa proie, il la broie et la mange. C'est ainsi qu'il a toujours procédé avec les leaders africains qui le genaient dans son développement.

* L'impérialisme occidental a éliminé et broyé KWAME NKRUMAH en s'appuyant sur ses agents locaux pour le renverser par coup d'État en 1966, juste 9 ans après l'indépendance du Ghana, arrachée dans la douleur. NKRUMAH mourrut en exil...

*En 1961, le Congo devenu indépendant est trop riche et son leader PATRICE EMERY LUMUMBA veut l'indépendance totale pour développer le pays. Il est assasine sauvagement par les Belges avec la complicité des Congolais dont JOSEPH DÉSIRÉ MOBUTU

* En 1963, un légionnaire de l'armée français ÉTIENNE GNASSINGBÉ accepte la mission d'éliminer SYLVANUS OLYMPIO qu'il assassine en janvier 1963. Parce qu'il voulait sortir du Franc CFA.

* Dans la même année 1963, à l'autre bout de L'Afrique, au Cap de Bonne Espérance, un autre leader africain, refusant la déshumanisation de l'homme Noir par des Boers racistes soutenus par les États-Unis est condamné à perpétuité. Il passera 27 années de sa vie en prison d'où il est sorti vieilli en 1990.

* En 1968, MODIBO KEITA, qui voulait donner une indépendance vraie au Mali en séparant du Sénégal de Senghor, un agent de l'impérialisme français, est renversé par MOUSSA TRAORÉ. KEITA mourrut en détention...

* En 1987, François Mitterrand n'aimant pas le discours révolutionnaire du leader burkinabè THOMAS SANKARA, s'appuie sur HOUPHOUET BOIGNY, l'agent en chef de l'impérialisme français et sioniste en Afrique pour mettre en mission BLAISE COMPAORÉ. Et le 15 octobre de cette année, SANKARA est assassiné avec l'espoir d'une libération du peuple burkinabè du joug de l'impérialisme français...

* En 1998, PASCAL LISSOUBA, brillant universitaire, président du Congo, voulant donner au moins deux repas par jour aux habitants du pool, producteur de pétrole, mais affamé est attaqué par SASSOU NGUESSO pour le compte de la France....

* En 2011, KHADAFI,Le Guide lybien voulant la souveraineté de l'Afrique est assassiné par l'impérialisme occidental en s'appuyant sur des lybiens qu'il a armés...

* En 2002, LAURENT GBAGBO, ayant accédé démocratiquement au pouvoir d'État en Côte d'Ivoire est un inconnu des réseaux impérialistes. La France s'appuie sur Ouattara, un apatride pour la campagne de diabolisation de GBAGBO et arme SORO GUILLAUME qui a pour mission de tuer les Ivoiriens pour leur faire peur à l'effet de renoncer à leur volonté de soutenir la politique de GBAGBO, le souverainiste. Mais le peuple, ayant compris le fonctionnement de l'impérialisme, ne lâche pas GBAGBO. Gbagbo lui même manœuvre bien pour se sortir de l'eteau de la pieuvre. Alors l'impérialisme passe à la vitesse supérieure pour l'éliminer définitivement. En 2011, l'opération d'éliminer GBAGBO échoue grâce à Dieu. Alors l'autre phase active du complot, la déportation puis la prison est mise en œuvre. Là encore le peuple ne lâche pas GBAGBO qui est mis au rang de héros national et africain.

C'est à juste titre que les peuples d'Afrique qui se sont joints aux IVOIRIENS réclament avec force la libération de GBAGBO. Quand bien même il est vrai, comme nous l'avons bien dit, que l'impérialisme ne lâche pas facilement sa proie, mais cette fois ci, il sera vaincu car c'est à l'unanimité que les AFRICAINS VEULENT ET RÉCLAMENT LA LIBÉRATION DE LAURENT GBAGBO.

La CPI par l'arrêt de la chambre d'appel du 19 juillet 2017 s'est rendu à une évidence : GBAGBO LAURENT EST VICTIME D'INJUSTICE. ET CETTE NOUVELLE NOUS RÉJOUIT ET NOUS DONNE DE L'ESPOIR POUR LA SUITE DE NOTRE COMBAT. NOUS SOMMES DONC CONCENTRÉS SUR LA CPI. NOUS CONTINUONS DE METTRE LA PRESSION POUR OBTENIR LA LIBÉRATION DU PRÉSIDENT LAURENT GBAGBO. ET C'EST LE PLUS IMPORTANT.

EXCELLENCE ZADI avec Alexis Gnagno, #REZOPANACOM

#AFRIKANEWSGROUP