INTERVIEW EXCLUSIVE DE KAKRY KAZAH A PROPOS DU CONGRES DU 19AOUT 2017

INTERVIEW REZOPANACOM 1- KAKRY KAZAH NOUS LIVRE ICI SES DERNIERES INFOS AVANT LE CONGRES DU REZOPANACOM CE JOUR A COTONOU AU BENIN

 

 

 Un évènement se dessine pour ce weekend au BENIN, de quoi s'agit-il ?

 

 Bonjour monsieur, merci pour l’opportunité que vous me donnez d’expliquer à vos lecteurs ce qui va se passer ce Samedi au Bénin. En effet, Ce Samedi aura lieu à Cotonou (Bénin) le Congrès constitutif du Réseau des Communicateurs Panafricains (REZOPANACOM).

 

2- Pouvez-vous nous parler des membres du REZOPANACOM, de leur nombre et de ce qui vous a motivé à créer cette structure ?

 

 Le REZOPANACOM est une organisation panafricaine de communicateurs qui regroupe des journalistes de la presse écrite et audiovisuelle, des cybers activistes, des blogueurs, des syndicalistes, des activistes, des artistes (musiciens, dessinateurs), des entrepreneurs etc. Il a pour objectif de lutter contre le traitement communicationnel négatif dont souffre l’Afrique, son peuple, ses dirigeants les plus dignes, et permettre aux africains de se rapprocher, de communiquer plus facilement entre eux et de parler au monde entier en montrant une image positive et réelle de notre continent et de ses illustres fils et filles. A travers cette description succincte du REZOPANACOM vous comprenez aisément ce qui nous a motivés. Nous sommes fatigués de voir l’Afrique dépeint négativement et moqué, nous voulons contribuer, par la communication active et populaire, à faire prendre conscience aux Africains afin que de façon plus solidaire et populaire nous menions le combat de l’indépendance véritable de notre continent, et partant, de son développement. En plus de la Direction Centrale que les camarades m’ont modestement confiés les rennes, le REZOPANACOM à déjà des Coordinations Nationales dans six pays qui sont la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Burkina, le Mali, le Ghana et le Bénin, pays hôte du Congrès.

 

 3- Pouvons-nous savoir un peu plus des délégations attendues ? Et pourquoi ces délégations seulement ?

 

Nous attendons au moins deux délégués par Coordination Nationale, sans omettre les membres de la Direction Centrale. Ces délégations seulement car nous partons à un Congrès et il n’ya que les délégués reconnus qui ont droit de délibération. Toutefois, nous invitons tous ceux qui sont intéressés à venir participer en tant qu’observateurs. Nous sommes ouverts. Rappelons que ce congrès est placé sous le parrainage et la présence effective de Joseph KOFFIGOH, ex-premier ministre du Togo, sous la présidence du Docteur Emmanuel SEDEGAN grand intellectuel Béninois, écrivain et panafricaniste ; et la co-présidence de Madame Elisabeth KAPET, ex-conseillère du Président Laurent GBAGBO. Nous noterons aussi la présence du Roi de Porto Novo et de 3 de ses ministres et de plusieurs autres personnalités béninoises et ivoiriennes.

 4- Pourquoi le choix du BENIN pour le congrès constitutif ?

 

Nous avons choisi le Bénin en reconnaissance de sa tradition démocratique, d’alternance apaisée et de liberté d’expression de puis la Conférence Nationale des années 1990. N’oublions pas que le Bénin est la 1er pays d’Afrique qui a organisé une conférence nationale et qui a mis en œuvre les recommandations de celle-ci. Ce qui a valu à ce pays panafricain et à son peuple accueillant des années paisibles. C’est aussi un hommage au Bénin, à ses autorités et à son peuple.

5- Le choix du parrain, du président et co-présidente, s'est-elle faite sur le panafricanisme que vous prônez ?

Oui, surtout sur ces choix. Car ces dernières années, ils font partie des personnalités qui ont posé des actes pour le respect et la souveraineté de l’Afrique et de son peuple et nous voulions à travers ces choix, bénéficier de leurs conseils et soutien non sans les saluer et encourager d’autres à prendre ce chemin pour le bonheur de notre continent et de son peuple.

 6- Après le congrès, le REZOPANACOM, bannira-t-il systématiquement les dirigeants africains qui ne semblent pas suivre le panafricanisme que vous prônez, ou alors vous enverrez une délégation pour mieux leur expliquer votre vision pour faire changer la donne ?

 

Bannir, c’est trop dire, nous n’avons pas cette prétention, toutefois nous seront très critiques envers les dirigeants qui contribuent à maintenir l’Afrique dans l’obscurantisme et le sous-développement. Bien entendu la diplomatie sera de mise. Nous ne ménagerons aucun effort pour parler à tous et emmener plusieurs à comprendre le bien fondé du panafricanisme et les efforts à fournir. Mais le plus gros de notre travail sera à l’endroit des peuples Africains et surtout de ses cerveaux et bras valides. Chacun doit donner du sien pour notre patrimoine commun, l’Afrique.

7- Le monde de la communication est depuis longtemps dominée par les grands médias, pensez-vous que la tâche du REZOPANACOM sera aisée pour rivaliser jusqu'à peser la balance vers vous le Panafricanisme ?

 Aucune structure ne peut se targuer d’avoir à elle seule la capacité de faire pencher une balance, surtout dans un tel grand combat. Nous ne sommes pas les précurseurs de la lutte panafricaine, et nous n’avons pas la prétention de dire que les structures et les leaders qui nous ont devancés ont échoué. Au contraire, nous sommes fiers d’eux et nous nous inspirons beaucoup de leur combat. Mieux, il y a encore des structures, mouvements et même des partis politiques qui existent et qui font beaucoup pour la lutte pour l’émancipation des peuples. Parlant de la presse traditionnelle et classique et des hommes de médias Africains, nous avons parmi eux plusieurs grands noms. Des illustres panafricains que nous saluons au passage. Cela dit, le REZOPANACOM est venu apporter sa pierre à l’édifice et faire du peuple, non plus un simple consommateur d’information, mais un informateur et un communicateur actif en puissance. C’est lorsque nous serons arrivés à cet stade que l’aliénation, qui est beaucoup ancrée en nous, disparaitra et nous prendrons conscience de notre force. Pour nous la communication donc est le premier pouvoir, car elle se fait avant, pendant et après une action. D’elle sort la vérité et la Vérité libère. Ne dit-on pas que la vérité est belle quand elle est nue ? Nous voulons donc contribuer à dénuder cette vérité pour la rendre belle car c’est de cette beauté que sortira le développement de l’Afrique. Pour finir, je voudrais vous remercier pour cette belle opportunité que vous nous avez donné de parler du REZOPANACOM et de ses objectifs et je profite de l’occasion pour lancer une invitation spéciale à tous pour la cérémonie officielle de notre Congrès et au-delà, un appel à soutenir le REZOPANACOM. Merci et que DIEU nous Garde.

 Kakry KHAZA Coordonnateur Général du REZOPANACOM

Source : Aujourdhui Nouveau Courrier

 

 #Afrikanewsmultimedia.com

#AFRIKANEWSGROUP