LA COALITION LIBEREZ GBAGBO-LIBEREZ LAFRIQUE REPOND A TIKEN JAH

Bruno Simahou , Senior Consultant du Think Tank AFRICA TO AFRICANS et Porte Parole de LIBEREZ GBAGBO-LIBEREZ LAFRIQUE

APRES LES ATTAQUES DE TIKEN JAH CONTRE GBAGBO

 

Convaincu qu’aucune organisation ne sera de trop dans notre combat pour la libération de l’Afrique, nous voulons saluer les artistes Tiken jah Fakoly, Elie Kamano et les illustres organisations telles que le Balai citoyen (qui serait allie a nos deux artistes). Dans sa parution n 1725 du vendredi 14 octobre 2017, l’organe de presse  ivoirien LG info nous informait sur les propos des camarades Tiken jah fakoly et Elie Kamano.

 Refusant de porter un jugement de valeurs sur les propos de nos deux artistes, le Think Tank  AFRICA TO AFRICANS initiateur de la campagne LIBEREZ GBAGBO-LIBEREZ LAFRIQUE constate que les arguments avances sont idéologiquement, politiquement et panafricainement désaxés.    Notre combat ne peut être émotionnel et personnalise car il s’agit pour les panafricains de défendre des idéaux et non des ressentiments. Fort de cela, nous souhaitons demander au camarade Tiken Jah dont l’aversion pour le président Laurent Gbagbo n’est plus a démontrer de dépersonnaliser le FISPA dont la ligne de combat nous parait noble. Aussi, souhaiterions nous avoir plus d’éclairages sur les raisons idéologiques qui autorisent notre frère à dire que le président Laurent Gbagbo n’est pas un panafricain. Il est évident que de nombreux jeunes et parfois de moins jeunes , ignorent ses nombreuses productions littéraires sur la conférence de Brazzaville, les combats du RDA, le colonialisme, L’avenir de l’Afrique ainsi que ses nombreuses positions en faveur de l’Afrique et donc contre l’impérialisme. Je voudrais à propos vous renvoyer au livre du Pr Emmanuel SEDEGAN sur la réaction du Président Laurent Gbagbo a propos du NEPAD,

Moi, je n’aime pas beaucoup les situations de misérables, parce que ma vocation n’est as a ce niveau. Mais par contre, si nous créons d’abord un fonds, le NEPAD aura un sens parce qu’on ira plus demander des aides. On ira faire des emprunts gages par un fonds de développement qui sera riche parce que l’Afrique a des richesses.’

 Faisant fi de la campagne de soutien du frère Tiken Jah a la rébellion et a l’armée française pour préparer le génocide du peuple GUERE et les exécutions sommaires de milliers de jeunes ivoiriens, nous voulons demander au frère de reconsidérer sa ligne idéologique et de savoir faire la différence entre les contradictions principales et les contradictions secondaires. Notre combat n’est pas personnel et unidirectionnel, c’est pourquoi nous invitons le camarade à sortir enfin de son mutisme face aux mutineries perlées et aux multiples attaques des commissariats et des postes de gendarmeries. Son silence face aux actes de barbaries perpétrés par les enfants soldats (microbes) qui furent massivement enrôlés, drogués et armés contre Laurent Gbagbo et contre la Cote d’ivoire souverainiste. Face aux nombreuses découvertes d’armes sur toute l’étendue du territoire (six tonnes chez Souleymane Kamagate directeur de protocole du Soro Guillaume) et qui fait de la Cote d’ivoire une poudrière a ciel ouvert, nous interpellons notre frère. L’engagement d’un artiste ne peut être clanique et régionaliste. Si notre frère de renommée internationale ne peut pas s’élever au delà des contingences grégaires et nombrilistes, comment peut-il prétendre au titre de leader panafricaniste. Au parrain de la société civile panafricaine  nous demandons un petit single pour dénoncer la mort de Mahan Gahe Basile froidement liquidé par Ouattara Alassane. Ce syndicaliste de renom reconnu par l’OIT et  plusieurs centrales syndicales africaines et internationales pour son engagement exemplaire en faveur des travailleurs du tiers monde, a été torturé, traumatisé a cause de ses convictions personnelles. Craignant d’avoir la mort de ce grand combattant des droits des travailleurs le régime Ouattara l a libéré après l avoir littéralement désossé. Il en est mort quelques jours après sa libération du goulag de la DST. Nul n’est besoin de citer les officiers et les cadres proches de Laurent Gbagbo qui sont morts des suites de leurs tortures et de leurs sodomisations et pour lesquels l’artiste panafricain na pas su avoir une mélodie de compassion. Notre frère Tiken Jah qui avait les medias internationaux a ses pieds et pour qui les scènes de spectacles les plus illustres d’Europe s’ouvraient avec des featurings hautement managés en récompense pour son rôle avéré dans l’entreprise de la rébellion et du coup d’état du 11 avril 2011 est devenu étrangement muet. Cher frère, nous voulons entendre des productions discographiques sur tes frères ivoiriens qui continuent de croupir par millier sous les tentes du HCR au Togo au Ghana, au Liberia, au Benin. Sil n y a pas de doute que Tiken Jah fut un pion de la rébellion et donc un agent de l’impérialisme et des multinationales qui lui ont offert des titres pour lui donner une ossature internationale, nous croyons  que comme tous les hommes, il est capable de changement. Il peut changer, il doit changer pour le plus grand bonheur des peuples en lutte. C’est pourquoi nous l’invitons à prendre toute la mesure de son engagement en procédant a son auto désenvoutement sur la question du président Laurent Gbagbo. En Afrique, les querelles s’éteignent quand le frère avec lequel on est en conflit est frappe par une mauvaise nouvelle. Sil fait un accident ou tombe malade, la réconciliation s’impose automatiquement et sans médiation. Par conséquent, aucune logique africaine ne peut justifier a l’endroit du président Laurent Gbagbo, un déficit de solidarité pendant qu’il est détenu   a la CPI. Tiken Jah qui a rendu hommage a Soundiata Keita et aux grands empires de l ouest africain doit savoir que la prison n est pas une institution africaine. La prison est un héritage de la colonisation et aucun africain ne peut se réjouir de la détention de son frere dans ce lieu dhumiliation, de torture et  de deshumanisation. C’est aussi cette dimension qui justifie la présence massive des militants du RHDP qui ont combattu Laurent Gbagbo à la Haye. Tiken Jah est donc invité à suivre ce bel exemple  d’africanisme et dirons nous simplement d humanisme. Il ne s’agit pour Tiken Jah d aimer ou de ne pas aimer mais d’accomplir un devoir de panafricain vis-à-vis du président Laurent Gbagbo qui demeure le seul a indiquer aux ivoiriens le vrai chemin de la souveraineté, de la démocratie et surtout aussi de la réconciliation. Au regard des grandes mobilisations et des incessantes manifestations du FPI qui continuent de drainer du monde a chaque meeting, l’on peut affirmer que le président Laurent Gbagbo et le FPI n’ont pas été éradiqué de la conscience des ivoiriens comme lavait annoncé  le ministre Hamed Bakayoko en avril 2011. Le rôle de Tiken Jah est d’intégrer le fait que Laurent Gbagbo demeure incontournable sur la scène politique ivoirienne pour un retour à la normale et qu’il ne lui appartient pas de se braquer contre la vérité des faits et contre notre  histoire commune tout simplement. Au demeurant il ya lieu d’affirmer ici et maintenant que Tiken Jah demande ou non la libération du président Gbagbo , des Africains de toutes les contrées et calibres le font déjà si bien pour arracher notre souveraineté violée et recouvrer notre dignité bafouée.

Quand a nous, notre combat est aussi de désintoxiquer  tous nos frères et sœurs africains  et surtout les collabos conscients ou inconscients sur le chemin de la construction dune Afrique libre, unie et prospère.

Par BRUNO SIMAHOU A.

Expert Consultant du Think Tank AFRICA TO AFRICANS

Porte Parole de la Campagne LIBEREZ GBAGBO-LIBEREZ LAFRIQUE  

#AFRIANEWSGROUP

#Afikanewsmultimedia.com

#Rezopanacom