TCHAD/UNE CRISE AIGUE EN VUE : A LA VEILLE DE MANIFESTATIONS PUBLIQUES ANNONCEES PAR LES SYNDICATS ET LES PARTIS DE L’OPPOSITION, LE GOUVERNEMENT DECIDE DINTERDIR TOUTES MANIFESTATIONS PUBLIQUES .

Bachir Mahamat , ministre de la securite et de l'Immigration du Tchad

Publie le 8 fevrier 2018 a 2h 08

Depuis quelques temps les mécontentements des travailleurs sont à leur comble. La cause principale est la diminution des salaires doublée de la montée des prix et donc la baisse du pouvoir d’achat des populations qui n’en peuvent plus et s’apprêtent a descendre dans les rues . Le ministre de la sécurité , Bachir Ahmat Mahamat  vient de lire une declaration musclee qui risque de ne pas résoudre les vrais problèmes du peuple .Lisez

Voici la déclaration intégrale  du ministre de la sécurité publique et de l'immigration qui s'est exprimé hier dans l'après midi devant les médias.

 

 L'intégralité de ses propos.

L'objet de cette rencontre a pour but de m'entretenir avec vous, de la manière la plus claire possible sur le comportement irresponsable de certains dirigeants de partis politiques et associations de la société civile.

 En effet, comme vous le savez, le Tchad est un État de droit . Je dis bien, écoutez-moi bien, le Tchad est un État de droit. Nul ne peut être au dessus de la loi. Hélas, il m'a été donné de constater avec regret que certains leaders des partis politiques et des associations de la société civile, en d'épit de l'interdiction de leur demande de marche sur la voie publique, se permettent à travers des communiqués de presse, relayés par vous même journaliste, relayés par les réseaux sociaux, d'inviter leur militants à croiser le fer.

Défiant ici l'autorité de l'État, et semer par conséquent un festival de désordre public. La question que nous , nous posons, jusqu'où allons-nous avec un comportement pareil ? La réponse est simple, les mêmes qui brandissent la loi pour mener leur activité, sont les mêmes qui foulent au pied les lois de la république. On dit une chose et son contraire.

Cela dit, l'interdiction qui apparaît aux yeux du commun des mortels comme une solution extrême se justifie ; il existe des risques sérieux d'atteinte à l'ordre publique pendant cette période la. Il n'y a pas une seule manifestation dans la rue qui ne puisse se faire sans qu'on ait a regretter des conséquences fâcheuses.

 

 Par exemple, vous avez suivi partout à travers le monde des pertes de vie humaines. Ici à Ndjaména, nous avons vus la destruction des biens des particuliers et de l'État. Interdire une manifestation qui porte des germes de débordement est un acte salutaire. Il faut le reconnaitre. parce que la rue est compliquée, donc c'est le rôle de l'État de protéger les personnes et leur biens.

C'est pas de gaîté de cœur que nous disons niet aux marches publiques. Ceux qui appellent à la marche trop souvent instrumentalisent les enfants, les étudiants les élèves, les badauds, et j'en passe. Ils les instrumentalisent pour défier l'autorité de l'État pendant que eux mêmes se mettent à l'abri pour se cacher comme des lapins.

 

 A l'heure actuelle, nous sommes dans un pays où les menacent terroristes ne sont pas totalement écartées. Accepter qu'une manifestation sur la voie publique puisse avoir lieu serait une grosse erreur de notre part. Cela pourrait ouvrir la porte à des actes de terrorisme et aux opportunistes de tous bords, animés d'intentions inavouées.

 Désormais, tout parti politique ou association de la société civile qui tenterait de défier l'autorité de l'État , c'est-à-dire défier une interdiction quelconques, verra ses activités purement et simplement suspendues . La procédure de sa dissolution sera immédiatement engagée.

 La paix est égale à l'existence de l'État et c'est sa raison d'être. Nous sommes convaincus que cette crise est une crise passagère qui pourrait bientôt trouver des solutions idoines par la volonté des parties en discussion avec le gouvernement. Je salue et je remercie nos concitoyens qui ont adopté un comportement et une attitude responsable pour vaquer normalement à leur travail.

 Ahmat Mahamat Bachir

Ministre de la securite et de l’Immigration

Conclusion de Afrikanewsgroup : Nous sommes au regret que ce pays africain dont les dirigeants sont reconnus en Afrique pour leurs nombreux  sacrifices et détermination pour la sécurité du continent contre le terrorisme et l’ insécurité grandissante puisse connaitre des jours si difficiles . Quoi quil en soit nous conseillons au président Idriss Deby d’engager des négociations constructifs inclusifs  pour faire baisser la tension dans le pays.  Car la crise actuelle est générale en Afrique et tout dépend toujours de la manière dont les pouvoirs publics et les forces vives règlent leurs problèmes sociaux. Chacun devra en fin de compte faire un sacrifice de son cote pour juguler cette crise qui n’est ni la première  ni la dernière.  L’Afrique digne attend beaucoup du Tchad pour son rôle décisif dans la sous région centrafricaine   .

Ne prêtons surtout pas le flanc aux marchands de troubles et de guerres tapis dans l’ombre . A bon entendeur salut

Source : Hassan in Rezopanacom forum

 

@AFRICA TOAFRICANS

#LIBEREZGBAGBONOW

#AFRIKANEWSGROUP

#REZOAPANACOM