TOGO :Lettre ouverte à Monsieur Jean Pierre FABRE,( Président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) apres sa rencontre clandestine avec Allassane Ouattara . Par LE TOGOLAIS REVOLTE

JEAN PIERRE FABRE ET TOUTE LOPPOSITION SONT AU PIED DU MUR DE LA CREDIBILITE

Publie le 8fevrier 2018 a 15h45

Objet : mise en garde contre la traitrise.

Monsieur Le Président,
Il nous souvient que votre formation politique est née de la trahison de votre ancienne formation politique, Union des Forces du Changement (UFC) et de votre Mentor M. Gilchrist OLYMPIO. 

Depuis lors, vous avez évolué dans les coups et les trahisons jusqu’à ce jour. 

On se souvient de l’exemple récent qui est 2014-2015, où vous avez chanté haut et fort « pas de réformes, pas d’élections », mais au finish vous étiez le premier à poser votre candidature à cette même élection.

Vous avez ainsi trahi la lutte du peuple togolais pour des réformes en 2014, refusant catégoriquement l’application immédiate des réformes proposées, selon lesquelles, Le Président actuel serait en train d’achever son dernier mandat. 

Vous nous avez dit que vous avez les moyens pour empêcher Faure GNASSINGBE d’être candidat en 2015, mais au finish on n’a assisté à l’effet inverse ; vous l’avez légitimé Président du Togo. 

Venons à présent à nos moutons qui nous coûtent très cher. 

Je veux parler de la crise togolaise née depuis le 19 août, suite à une manifestation organisée par le Parti National Panafricain (PNP) et réprimée dans le sang par le régime en place. 

Je voudrais vous rappeler que c’est Mr Tikpi ATCHADAM qui vous a fait appel quand vous étiez à l’étranger, vous demandant entend que grand frère de venir vous associer à la lutte pour la libération rapide du peuple Togolais de la dictature cinquantenaire. 

J’avoue que c’était une erreur fatale de sa part et j’ai crié à l’instant T, quand j’ai écouté son appel en votre endroit. 

Et vos actes me donnent raison aujourd’hui.

Vous multipliez des actions stériles en vue de vous imposer comme chef de file de l’opposition, un titre qui vous a été conféré par une loi que vous avez boycottée à l’Assemblée nationale.

Au debut de cette crise, un émissaire de l’ONU fut envoyé pour s’entretenir avec les protagonistes de la crise togolaise, au siège du PNUD au Togo. Vous y êtes allés seuls avec Madame Adjamagbo. 

C’est lorsque vous étiez sur les lieux que vous avez appelé M. ATCHADAM de venir vous rejoindre. Après tout, cela a failli créer un problème au sein de la coalition et vous avez présenté vos excuses.

Secondo, lorsque le Président Alpha CONDE voulait rencontrer la coalition à Paris, vous y êtes allé seul sans informer les autres leaders et ce n’est qu’après une semaine que Madame Adjamgbo et M. Atchadam ont été appelés de venir vous rejoindre. 

Entretemps aussi ,vous êtes allé seul rencontrer le Président Allassane Ouatttara en Côte d’Ivoire sans rien dire aux autres. 

À votre retour, vous leur avez dit que c’était pour rencontrer le Médecin de votre femme. On se demande si c’est le Président Allasane Ouattara qui est le Médecin de votre femme.
La liste de vos trahisons est longue. 

Je préfère aller à la dernière qui est de toute évidence, la plus grave et la plus cynique. 

La semaine dernière, deux émissaires, à savoir Le Ministre de la sécurité du Ghana et le ministre d'État de la Guinée étaient au Togo en vue de s’entretenir avec la coalition de l’opposition et le RPT-UNIR. 

Vous et Madame Adjamagbo avez dit aux autres leaders de la coalition que ces ministres étaient au Togo dans le cadre d’un mini-sommet sur la sécurité de six pays africains en crise, dont le Togo.

Vous et Madame Adjamagbo êtes allés rencontrer les émissaires en racontant ce gros mensonge aux autres leaders de l’opposition. 

C’est par les réseaux sociaux que ces leaders apprennent que vous avez été aperçus aux alentours de l’hôtel 2 février. 

Pour certains, c’était une rumeur, mais grande fut la déception de tout le monde, de constater que vous avez roublé vos amis de la coalition et vous êtes allés seuls à cette rencontre, non pas en votre nom personnel, mais au nom de la coalition. 

Le comble est que vous avez même arrêté la date du dialogue avec les émissaires sans consulter les autres. Aujourd’hui, vous venez demander d’arrêter les marches en attendant. C’est bizarre. 

De quoi avez-vous parlé avec ces émissaires ? Au nom de qui et pourquoi ?

De toutes les façons, nous vous mettons en garde. 
Cette lutte n’est celle d’un leader ou d’un parti politique, c’est la lutte du peuple Togolais. S’il faut réclamer un quelconque acquis de cette lutte, c’est au peuple de le faire. 

Je voudrais particulièrement vous dire que le moment venu, le peuple Togolais saura choisir son Président. 

Il ne sert à rien de vous agiter de poser vos pieds dans les plats. 
Aujourd’hui, la priorité doit être la réussite de la lutte et non l’émergence d’un quelconque leader. 

Si vous êtes au sein de la coalition pour vos intérêts personnels, alors nous vous prions de bien vouloir quitter sans faire du bruit. Nous n’allons pas tolérer les traitres.

Il est encore temps pour vous ressaisir, sinon c’est le peuple qui va frapper.

Je voudrais rassurer les vaillants combattants et combattantes que le comportement de Fabre et de Adjamagbo n’entame en rien notre détermination à en finir avec ce régime. 

Si Fabre veut chuter avec le RPT-UNIR, alors nous trouverons sa solution.
Aux autres leaders de l’opposition, nous vous demandons de surveiller les faits et gestes de Fabre et de le signaler au peuple, car c’est le peuple qui est votre arbitre aujourd’hui.

Cette lutte doit aboutir. 

Nous voulons les réformes et nous devons les obtenir. Gars à celui qui ira demander autre chose au dialogue ou jouer à un jeu trouble.

Signé : LE TOGOLAIS RÉVOLTÉ 

#AFRICATOAFRICANS

#NON ALAFRANCAFRIQUE

#LI BEREZGBAGBONOW

#REZOPANCOM

JEAN PIERRE FABRE PEUT IL VAINCRE FAURE EYADEMA

LE PEUPLE TOGOLAIS DEBOUT MAIS LE LEADERSHIP DOUTEUX

FABRE , TIKPI ATCHADAM SUSPECTES DETRE PRTOCHE DE ADO

Lopposition togolaise est accusee depuis peu detre pro francafrique dont lagent sous regional est Allassane Ouattara. Helas

Tikpi Akpadam et JEAN P FABRE au pied du mur