PANAFRICANISME EN ACTION AVEC MIRIAM MAKEBA : DECOUVREZ COMMENT ELLE A CONVAINCU LE MONDE REVOLUTIONNAIRE !!!

MIRIAM MAKEBA AVEC LE PDT THOMAS SANKARA

Publie le 12 fevrier 2018 a 18 h 30
REVOLUTION ET PANAFRICANISME AVEC MIRIAM MAKEBA.

 

En 1963 , une jeune femme á peine trentenaire prend la parole á la tribune des Nations Unies pour dénoncer l'apartheid et demander aux dirigeants du monde entier de faire pression sur le régime de Pretoria . Miriam Makeba est alors une chanteuse de plus en plus populaire dans l'industrie musicale. Native d'une banlieue populaire de Johannesburg oú elle s'imprègne des ambiances musicales de jazz , de kwela et de marabi , Makeba découvre les conditions de vie du prolétariat noir des années 1950 , confronté á l'oppression de l'apartheid . Devenant la voix de plusieurs groupes masculins aux noms évocateurs (Cuban Brothers , Manhattan Brothers) , elle a l'occasion de partir en tournée en Afrique australe , puis de participer á de nombreux projets artistiques , dont l'un va la conduire á quitter son pays.

En effet , jouant son propre rôle dans le film tourné de manière clandestine par Lionel Rogosin , '' Come Back , Africa '' , elle est invitée par le réalisateur américain á assister á la projection prévue au Festival du film de Venise . Alors qu'elle commence á devenir une star en Afrique du Sud , Makeba , la seule passagère noire á bord d'un vol de la South African Airways en direction d'Amsterdam , quitte sa terre natale en survolant tout le continent africain . Depuis l'Europe , elle gagne ensuite les États-Unis au début des années 1960.

Si les débuts de sa carrière américaine sont réussis , Miriam Makeba ne délaisse pas pour autant l'engagement politique . Refusant de fuir l'apartheid sud-africain pour subir la ségrégation raciale américaine , elle s'engage dans le mouvement pour les droits civiques et contre le régime de Pretoria . Au lendemain de sa prise de parole á l'ONU le 16 juillet 1963 , á l'invitation du Comité spécial contre l'apartheid , ses disques sont retirés de la vente dans son pays.

Toutefois, cette censure n'est rien en regard de la vague de soutien dont elle bénéficie : Kwame Nkrumah , Sékou Touré , Amílcar Cabral et Eduardo Mondlane la félicitent. D'autres n'avaient pas attendu le discours á l'ONU , á l'instar du dirigeant kényan Tom Mboya qui , constatant qu'elle n'a plus de passeport pour voyager , lui procure dès 1962 un visa d'entrée exceptionnel pour revenir en Afrique . Makeba part au Kenya , puis en Tanzanie oú l'enthousiasme avec lequel le président Julius Nyerere lui remet un passeport lui donne '' pour la première fois cette impression de ne pas être une Sud-Africaine mais d'être une Africaine '' .

Miriam Makeba est logiquement invitée á chanter á l'occasion de la création de l'OUA á Addis-Abeba en mai 1963 . Interprétant une chanson éthiopienne , elle touche la fibre panafricaine de l'empereur Hailié Sélassié , tout en captivant des présidents aussi conservateurs que Senghor et Houphouet-Boigny . De retour de la célébration de l'indépendance du Kenya en décembre 1963 , elle répond favorablement á une invitation du président ivoirien , avant d'effectuer , á l'invitation des autres dirigeants l'une de ses nombreuses tournées sur le continent africain, Maghreb compris . Car Nasser et Bourguiba , tout comme les dirigeants algériens , sont fascinés par cette chanteuse sud-africaine capable d'interpétrer des chansons populaires dans toutes les langues africaines de son pays , mais également en arabe , en anglais , en francais , en portugais , en espagnol , en italien et même , plus problématique , en hébreu . Avec talent , Makeba reprend également des chansons populaires du monde entier , et elle les interprète dans les langues africaines , pour montrer l'universalité de son message et toucher le plus grand nombre de personnes.

Polyglotte , elle milite cependant très clairement pour l'adoption d'une langue africaine comme outil de communication. Le choix de Makeba de chanter dans les langues africaines est á la fois la plus belle preuve de son engagement pour la valorisation des cultures africaines , mais également un appel aux Africains á trouver une langue commune pour se comprendre les uns les autres . Avec entrain , Makeba appelle les jeunes Africains á écrire á l'OUA pour demander aux chefs d'État de se mettre d'accord pour qu'une seule langue africaine soit enseignée dans toutes les écoles du continent , sans négliger pour autant les langues locales et nationales , afin que les Africains colonisés par des métropoles différentes puissent s'entendre entre eux.

Lors de son passage á Addis-Abeba , Makeba ne se contente pas de chanter . Loin du stéréotype de la star qui ne connaîtrait rien des enjeux géopolitiques , elle veut voir la réalisation du rêve de l'unité africaine . Néanmoins , elle retient avec déception la mise en minorité de Nkrumah , puis elle recoit á son hôtel un livre dédicacé par le président guinéen Sékou Touré . Lorsqu'elle revient aux États-Unis , les délégués guinéens á l'ONU deviennent ses plus fidèles soutiens .

Artiste confirmée , Miriam Makeba est la première femme noire á obtenir , en 1965 , un Grammy Awards pour son album avec Harry Belafonte , artiste noir américain particulièrement engagé dans le mouvement pour les droits civiques . Elle multiplie les disques et les tubes , notamment le fameux '' Pata Pata '' , qu'elle a composé en 1956 mais qui ne s'envole dans les charts qu'en 1967. Limiter la carrière de Makeba á cette chanson , aussi bien rythmée soit-elle , est sans doute révélateur de la volonté de ne pas promouvoir les chansons bien plus engagées qu'elle a consacrées á Jomo Kenyatta , Patrice Lumumba , Sékou Touré , Malcolm X ou Samora Machel . '' Pata Pata '' a néanmoins le mérite de lui assurer une célébrité , en servant de chanson promotionnelle pour réaliser des tournées dans le monde entier.

Le courage de Makeba lui attire également les soutiens des plus grandes figures américaines de l'époque , notamment l'acteur Marlon Brando et le boxeur Mohamed Ali , et bien sûr les leaders noirs américains . Mais au moment oú une polémique éclate á la suite d'une chanson qu'elle interprète en hébreu juste après la guerre des Six-jours entre Israel et l'Égypte , Makeba choisit de repartir vivre plusieurs mois dans des pays africains (Guinée , Liberia , Tanzanie) . Lorsqu'elle arrive á Dar es Salaam , le disciple de Malcolm X , Stokely Carmichael , est présent , en train de mener une tournée auprès des forces de libération africaines . Au printemps 1968 , ils se retrouvent ensuite aux États-Unis , oú ils décident de se marier.

La rencontre avec Carmichael renforce sa sensibilité au nationalisme noir. Makeba devient une représentation de la '' Beauté noire '' tout en se défendant d'avoir voulu lancer une quelconque mode . Á ses yeux elle ne fait qu' être elle-même . Pourtant , les autres femmes noires se mettent á imiter son style , á laisser tout simplement leurs cheveux au naturel . Makeba désaliène et décomplexe les femmes noires en montrant qu'une star internationale peut simplement leur ressembler.

Malgré son statut de star ,elle est victime , á la fin des années 1960 , de la répression qui frappe les militants afro-américains . Victime de pressions sur sa carrière en raison de son union avec un homme traqué par le FBI , Makeba choisit de s'installer aec Carmicahel en Guinée , tout en gardant des liens aux États-Unis . Admirant le courage du président guinéen , Makeba adopte la culture de ce pays dont elle devient une ressortissante á part entière , réalisant encore une fois dans la pratique un principe du panafricanisme. Alors que son époux étudie auprès de Nkrumah , Makeba reprend ses tournées internationales , notamment en compagnie du Ballet de Guinée . Ainsi , lors des Jeux panafricains d'Alger de 1978 , elle interprète en arabe la chansion Ifriqyia , un hymne au continent introduit un couplet vantant l'Algérie révolutionnaire . Face au public qui exulte , les autorités comprennent qu'elles ont eu raison de donner la nationalité algérienne á cette artiste engagée qui chante la libération et l'unité continentale d'Alger au Cap.

Source : Amzat Boukari , '' Africa Unite " .

Depuis Facebook Guy Dimitry


Avec : Boboronaldo Petit Mossi

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout
L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes souriantes, personnes debout
L’image contient peut-être : 1 personne
 
 #LIBEREZGBAGBOLIBEREZLAFRIQUE
#AFRIKANEWSGROUP
#AFRICATOAFRICANS
#REZOPANACOCM