COVID 19 ET MEDECINE TRADTIONNELLE /Recherche et compilation de de la Coalition Internationale contre le covid19 Doc1

 

01/04/20

Médecine traditionnelle et COVID-19: croyances et réalités

Quelques-uns des produits couramment utilisés en médecine traditionnelle. Crédit image: RosieTulips ( CC BY-NC-ND 2.0)

Lecture rapide

  • Face à la pandémie de COVID-19, les croyances et traditions populaires ont le vent en poupe
  • De nombreuses plantes ont prouvé leurs vertus préventives ou curatives contre plusieurs maladies
  • Mais aucune thérapie naturelle n’a encore montré scientifiquement son efficacité contre la COVID-19
  •  
  •  
  •  
Amel Bouzabata de la faculté de médecine d’Annaba lève l’équivoque sur la capacité ou non de certaines plantes à prévenir ou guérir la COVID-19.

Les croyances ont joué un rôle dans toutes les épidémies et à toutes les époques [1]. Partout dans le monde, on assiste à un attachement profond aux traditions populaires pour se protéger contre la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19) : des amulettes au Mexique [2], de l’ail bouilli dans l’eau au Maghreb [3-4], du pouvoir magique de quelques ingrédients antiviraux et antigrippaux dans la région de Ghardaïa en Algérie : thym, verveine, basilic, miel, huile d’olive, gingembre frais, armoise et cannelle [5]. A la recherche de recettes traditionnelles, beaucoup croient dans le pouvoir miraculeux des plantes, renforçant leur immunité pour se protéger de la Covid-19.
 
La grande popularité de toutes ces pratiques, a poussé l’OMS à publier en ligne des conseils pour en finir avec toutes les idées fausses perçues comme moyens de guérison de la Covid-19 [6]. Nous citons quelques exemples de conseils : manger de l’ail peut-il aider à prévenir l’infection par le nouveau coronavirus ? Selon l’OMS, l’ail est un aliment sain qui peut avoir certaines propriétés antimicrobiennes. Cependant, rien ne prouve que sa consommation protège contre le nouveau coronavirus.  Une autre fakenews démentie par l’OMS : l’huile de sésame empêche le coronavirus de pénétrer dans l’organisme [6]. A ce jour, aucune preuve scientifique ne valide les propriétés antivirales de l’huile de sésame vis-à-vis de l’agent infectieux SARS-Cov-2.
 
Actuellement, en Chine, un sirop utilisé pour ses propriétés antivirales et antibactériennes, et pour renforcer le système immunitaire dénommé «Shuanghuanglian», à base de chèvrefeuille, de scutellaire chinoise et de forsythia a eu une grande popularité auprès de la population chinoise, et a été considérée comme la panacée contre la Covid-19.
 
Un déchainement collectif a provoqué une rupture de stock de ce remède naturel, et a poussé les autorités chinoises à forcer les scientifiques et les médias à publier l’information selon laquelle ce remède ne pouvait ni guérir ni prévenir la covid-19 [7].
 
Paradoxalement, en médecine occidentale, la chloroquine (molécule connue comme un antipaludique, et actuellement utilisée contre des maladies auto-immunes telles que le lupus et des maladies rhumatoïdes) a été proposée comme traitement contre la Covid-19. Les premiers résultats ont été publiés dans la revue de BioScience Trends, à partir de 100 patients qui ont montré une efficacité apparente et une innocuité acceptable pour le phosphate de chloroquine contre la pneumonie associée à la Covid-19 [8].
 

Propriétés médicinales

L’histoire des antipaludéens a commencé avec la découverte de la quinine, qui est le composé actif de l’écorce de quinquina, dont les propriétés médicinales étaient connues depuis longtemps chez les indigènes d’Amérique du Sud dans les régions tropicales des Andes, et qui était utilisée contre les frissons et la fièvre. Les conquérants espagnols l’ont introduite en Europe dans les années 1600. La quinine a été isolée en 1820, par Caventou et Pelletier de l’écorce du quinquina Cinchona officinalis L. [9-10].
 
Actuellement, en raison de l’urgence sanitaire, la chloroquine ou l’hydroxychloroquine ont été autorisées dans plusieurs pays en Afrique, ainsi que la combinaison chloroquine-azithromycine ou l’association Iopinavir/Ritopinavir pour le traitement des patients atteints par la Covid-19. L’efficacité de ces antiviraux contre la Covid-19 a été démontrée aussi bien in vitro [11] qu’in vivo [12-13].
 
En parallèle, le Burkina Faso coopère avec le Bénin voisin, qui a lui aussi autorisé l’usage de la chloroquine à des fins thérapeutiques. Les deux pays conduisent un essai clinique international dénommé Api-Covid-19. Cette étude est coordonnée par une équipe de l’Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS), qui vise à évaluer l’efficacité clinique et virologique d’un médicament à base de plantes nommé Apivirine chez les patients atteints de Covid-19 [14].
 

Covid-19 et médecine traditionnelle : S’agit-il d’un problème d’immunité?

Les médecines douces sont considérées comme des méthodes efficaces pour enrayer un problème infectieux, diminuer son intensité, raccourcir son évolution, voire éviter ses récurrences. L’efficacité des médecines douces tient essentiellement au choix des produits, qui permettent d’optimiser le fonctionnement du système immunitaire et renforcer sa réactivité [15].
 
L’immuno-stimulation est présentée dans le domaine des aliments et des compléments alimentaires, comme une augmentation de la capacité à résister à une infection par exemple virale, ou bactérienne en période hivernale, par une augmentation de l’efficacité ou de l’ampleur de la réponse de l’organisme [16].
 
Micronutrition, oligoéléments, homéopathie, phytothérapie, aromathérapie, médecine traditionnelle chinoise, tous sont dotés d’une excellente notoriété pour stimuler le système immunitaire, et ont été utilisés en première intention pour le traitement de maladies infectieuses. Exemples : grippe, rhume, rhinopharyngite, mal de gorge, angine, laryngites, bronchites, sinusites [15]. Nous citons quelques exemples, de plantes très connues pour leur propriétés immunostimulantes, et anti-infectieuses.
 

L’échinacée : Encore appelée L’Echinacea purpurea (L.) Moench, elle est très utilisée par les tribus indiennes pour ses propriétés anti-infectieuses et a confirmé scientifiquement ses propriétés empiriques. Elle est très employée pour renforcer le système immunitaire et est efficace en prévention ou en début d’infection respiratoire. Des essais cliniques ont confirmé l’efficacité et la sécurité de l’échinacée dans le traitement des infections respiratoires [17].
 
Le ginseng : L’échinacée est également très utilisée en association avec le ginseng connu et vénéré depuis 4 000 ans, réputé fortifiant, revitalisant et dynamisant, pour les réactions naturelles de défense. Les racines de deux espèces (Panax ginseng C.A Mey. et Panax quinquefolius L.) sont connues sous le nom de ginseng et utilisées pour booster le système immunitaire contre les infections bactériennes, virales et les maladies auto-immunes. Ces propriétés ont été confirmées, en rapport avec la présence de substances comme les ginsénosides et les polysaccharides [18].
 
L’ail : Les propriétés antimicrobiennes de plusieurs espèces médicinales contre les infections respiratoires ont été démontrées. Une étude publiée en 2009 dans Iranian Journal of Virology, a montré que l’extrait d’ail inhibait in vitro la prolifération ainsi que la pénétration cellulaire du virus de l’influenzae (H1N1) [19].
 
Le gingembre : Le potentiel protecteur du gingembre frais dans l’inhibition du virus respiratoire syncytial humain (VRS ou HRSV) a été décrit par le Journal of Ethnopharmacology. Les HRSV sont la cause la plus fréquente des infections respiratoires des jeunes enfants. La prescription de 300 μg/mL du gingembre frais stimulait les cellules respiratoires à sécréter une protéine antivirale appelée interféron beta [20].
 
L’oligothérapie : Les apports de certains oligoéléments sont également importants pour la réactivité du système immunitaire. Exemple : le cuivre, et le zinc. Les apports se font habituellement par une alimentation variée et de qualité. Les médicaments sont administrés lorsqu’une carence existe. A titre d’exemple, au Maghreb, la consommation d’un mélange de céréales torréfiés, de légumineuses, et assaisonnée avec des épices (la marjolaine, la coriandre, l’anis et le fenouil), ainsi que des aromates tonifiantes, astringentes aux propriétés antiseptiques, est très populaire. Elle est connue sous le nom de Rouina en Algérie, et de Bssissa en Tunisie, riche en magnésium, en zinc et en calcium [21].
 
L’aromathérapie : L’aromathérapie joue un rôle important dans le traitement naturel des maladies infectieuses d’origine virale ou bactérienne. Certaines huiles essentielles sont en effet très utilisées dans la prévention des infections respiratoires. Nous en citons deux exemples…
 
L’huile essentielle d’eucalyptus : L’eucalyptus est une plante originaire d’Australie utilisée depuis toujours par les aborigènes pour lutter contre les infections et la fièvre. Il est introduit dans tout le bassin méditerranéen pour assécher les zones marécageuses. Les anciens faisaient bruler ses feuilles pour désinfecter les lieux et prévenir l’épidémie. L’huile essentielle d’eucalyptus riche en eucalyptol (80-85%), très utilisée contre les problèmes respiratoires, aseptise les voies pulmonaires, et fluidifie des mucosités pulmonaires. Elle est utilisée pour les frictions, les inhalations, les fumigations et les diffusions dans l’atmosphère. Les propriétés anti-inflammatoires et anti-infectieuses de l’huile essentielle d’eucalyptus, ainsi que de l’eucalyptol ont été confirmées [22].
 
L’huile essentielle de ravintsara : Le Cinnamomum camphora (L.) J.Pesl est un arbre d’origine asiatique, implanté tardivement à Madagascar (milieu du XIX e siècle). L’huile essentielle obtenue à partir de la distillation de ses feuilles est un fortifiant du système immunitaire. Elle est dotée de propriétés antivirales et anti-infectieuses puissantes. Elle est indiquée en prévention lors des épidémies grippales, et affections rhinopharyngées [23]. 

Médecine traditionnelle chinoise

Cependant, malgré le succès de toutes ces thérapies comme moyens préventif et curatif des maladies infectieuses, aucune recherche scientifique n’a prouvé leur efficacité dans le traitement de la Covid-19.
 
En dernier point, mais pas le moindre, on ne saurait oublier la place de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) dans la bataille contre l’épidémie de nouveau coronavirus. Selon la tradition chinoise, le système immunitaire du patient reste le point crucial à analyser dans la médecine chinoise traditionnelle [25].
 
Dans ce cadre, un programme de prévention de la Covid-19 a été lancé dans 23 provinces de Chine. Une étude publiée dans le Chinese Journal of Integrative Medicine a recommandé la racine d’astragale (Radix astragali), la racine de réglisse (Radix glycyrrhizae), la racine de silère (Radix saposhnikoviae), le rhizome d’actractyle (Rhizoma Atractlylodis macrocephalae), le rhizome de chèvrefeuille (Lonicerae japonicae Flos) et le fruit de forsythia (Fructus forsythia) à titre préventif contre la Covid-19 [24].
 
Toutefois, en dépit de cet enthousiasme, la communauté scientifique reste sceptique, vu l’absence de rigueur dans les essais cliniques. L’assurance de l’efficacité et de l’innocuité d’un remède traditionnel est nécessaire pour la sécurité des patients traités [7].
 
Ainsi, beaucoup reste à faire. Tout comme la découverte de l’artémisinine, substance active isolée d’Artemisia annua L., connue en herboristerie chinoise depuis plus de 2000 ans pour ses propriétés antipaludiques, il faudra beaucoup de persévérance mais aussi de la chance, pour que ce châtiment divin, la COVID-19, ait ses médicaments.

 
Amel Bouzabata est maitre de conférences en pharmacognosie à l’université Badji-Mokhtar d’Annaba en Algérie. Elle répond à l’adresse : amelbouz2009@gmail.com
 
 
 
 LA CICC COALITION INTERNATIONALE CONTRE LE COVID 19 INVITE LES CHERCHEURS ET TRADIPRATICIENS AFRICAINS A SE LEVER ET SOIGNER LE PEUPLE AFRICAIN CONTRE LE PËTIT VIRUS