LA MALADIE INFANTILE DU PANAFRICANISME LA PARANOÏA DU TRAÎTRISME Par Tapé GROUBERA.

Le President Groubera Tape : MORAF



Pour paraphraser Karl Max, nous dirons qu'un spectre guette le combat à mener pour la souveraineté de l'Afrique, c'est le "traitrisme". C'est un néologismes créé qui signifie la détection du traitre à la cause panafricaine. Pendant que certains s'arrogent le titre de panafricains, ces mêmes (pas tous heureusement) dénient aux autres d'être panafricains. Or nous devons raison garder. En effet, nous oublions que Nous Africains noirs ou NÈGRES sommes traumatisés.

Ce traumatisme provient de plus de six (6) siècles de systèmes: d'abord, la chasse à l'homme Nègre, à travers les kidnapping, suivi des déportation, abusivement appelés "traite négrière". Et pourquoi cela, à cause de la bravoure au travail et surtout du génie du Noir ou Nègre. C'est aujourd'hui connu de tous, le Noir ou Nègre est à la base des grandes civilisations anciennes: au Soudan, en Égypte, au Zimbabwe, au Ghana et Mali. Rappelons, il y a plus de 25 000 ans les NÈGRES pratiquaient déjà les Mathématiques. Ils connaissaient en ces moments les nombres premiers. Cela est illustré par la découverte, en 1950 des os d'Ishango - en République Démocratique du Congo. Ces os sont les Ancêtres de la calculette, donc de la calculatrice actuelle et partant de l'ordinateur-- découvert seulement en 1942.Ces deux os d'Ishango sont, actuellement, exposés à l'institut royal des sciences naturelles de Bruxelles (Belgique). Ensuite, il eut, l'occupation des terres des rescapés de l'esclavage, à travers un système baptisée "colonisation". Il a duré entre 60 ans et un siècle. Pendant cette période, toute trace du SAVOIR ET SAVOIR-FAIRE du Nègre fut gommée. Les nouveaux dominants ont essayé de tout effacer venant du génie Nègre.


Pour illustrer nos propos, deux exemples. Si les dominants s'étaient inscris dans le continuum nous aurions découvert l'ordinateur, non pas en 1942 mais des siècles plutôt. Et cela, grâce au savoir transcrit et transmis sur les os d'Ishango. Secundo, on serait aujourd'hui en l'an 6256 ans et non en 2020 de l'ère chrétienne. En effet, les Ancêtres nègres aient découvert un calendrier de 12 mois et de 365 jours, depuis l'Egypte antique. Les Romains après les avoir attaqué et vaincu ce Peuple de brillantes civilisations vont élaborer un calendrier de dix (10) mois. Et le premier mois fut mars, par exemple, septembre le septième mois, et enfin, décembre le dixième mois. Cela dura jusqu'au 24 février (sic)1582 où la réforme du pape de l'église catholique romaine, Grégoire XIII, changea ce calendrier. Là, on passa de 10 mois à 12 mois comme les anciens égyptiens. Et lorsque ce calendrier nous fut imposé, aucune trace de l'histoire des Africains. Les jours portèrent, désormais des noms qui nous sont étrangers: Pierre, Paul, Joseph, Marie, Luc, Mathieu, Marc, Guy, Julien, etc.

Dans aucun pays africain aujourd'hui, aucune référence n'est faite à nos cultures et traditions. Les Cérémonies d'initiation en pays Dongon, Malinké, peuhl ou Tourah, par exemple, ne sont pas mentionnéss. Les fêtes des ignames, du sorgho, les baptêmes africains, la fête de génération des TCHAMANS (Ébrié) n'y figurent. Par contre, nous avons l'ascension, la résurrection et la naissance de Jésus. Nous avons également la tabaski et la nuit du destin musulmane ou le shabah judaïque. Même sur le plan économique, rien n'est laissé. On doit aller chercher à Lourdes, en France, ou en Italie de l'eau bénite. Alors que dans les rochers d'Issia (en Côte d'Ivoire) on y trouve cette même eau dite bénite. On doit aller forcément en Arabie-Saoudite pour faire le tour d'une pierre la Kaaba. Et pourtant cette pierre faisait partie des pratiques des Bédouins et Arabes avant la naissance du prophète Mahomet. Bref. Revenons au troisième traumatisme que les Africains ont subi, et continuent de subir,.

C'est le néocolonialismme. Le philosophie Adé Adiaffi nous disait "les Blancs ne sont pas partis, ils n'ont fait que changer de peaux". L'école et l'église ont servi dans près de 99% des cas à formater voire aliéner l'Africain que nous sommes. Nos cultures et traditions sont vus comme relevant du diable. En effet, l'église catholique a transporté de l'Europe en Afrique, l'ordalie (jugement de Dieu sous forme d'épreuves par l'eau, le feu). Aujourd'hui, en Côte d'Ivoire, dans la culture Bhété, on parle de ghôpô. Nous n'avons plus confiance en nous-mêmes. Nous doutons de notre frère ou sœur africains. Nous voulons toujours avoir la certification des autres non africains. C'est le cas de ceux que l'on appelle les aliénés ou formatés. Ceux-ci voient tout en négatif de l'Afrique et des Africains. Ils prétendent que sans les Européens, les Africains ne pouvaient pas, par exemple, communiquer entre nous. Mais ils oublient que les Européens ont aussi plusieurs langues. Et même dans un même pays. À titre d'exemple, on a la France, depuis 2014, une langue officielle et 80 dialectes locales. Sinon qu'entre 1539 - où le français fut imposé comme langue sur ce territoire par l'édit de Villiers Cotterêt -- à la révolution française, la France comptait 638 langues. Ces différentes traumatismes continuent d'avoir des effets sur nous. Certains de nos devanciers comme Mansa Kanko Mossa, Samory, Ménelik 2, Cheikh Anta Diop, Lumumba, Kwamé Nkrumah, Mandela, Samora Machel, Um Nyobé, Haïlé Sélassié, Sékou Touré, Sankara, Gbagbo, etc. pour ne citer que ceux-là nous ont fait découvrir la falsification de notre Histoire. Mais en même temps, nous avions su qu'il eut de nombreux "collabo"- mais moins qu'en France pendant la guerre européenne de 1939-1945 selon les mémoires du général de Gaulle.. Ces révélations ont même conduit certains dans la colère. Ce qui paraît normal. Mais en même temps, certains sont devenus paranoïas. Ils détectent des traitres partout. C'est ainsi que lorsque certains leaders africains honnêtes sachant les rapports de force défavorisants pour l'Afrique tentent des négociations afin d'éviter de voir massacrer leurs peuples. Les radicaux trouveront qu'ils sont vendus et à la solde des occidentaux. Puisque les puissances impérialistes occidentales savent que nous avons "la maladie infantile de la traîtrise", alors pour discréditer un leader, ils lancent d'abord le rouleau compresseur d'éloges par leurs dirigeants et médias.

À cause de notre frilosité, ce dirigeant va se retrouver seul. Et c'est en ce moment que ces puissances visiteront ce dirigeant africain panafricain par le truchement d'autres africains félons pour le "raisonner". Abandonné, ils vont lui apporter leur aider officiellement afin que ce dirigeant soit totalement isolé. C'est ce que les puissances tentent de faire avec le président malgache Andry RAJOELINA. Nous devons le soutenir et soutenir le remède malgache COVID ORGANICS .


En conclusion, nous disons que les différents traumatismes dont les Noirs ou NÈGRES ont subi, ont aujourd'hui, des conséquences sur leurs comportements. Nous n'avons plus confiance en nous à cause surtout de la falsification de notre Histoire. Nous avons oublié que nous avons construit les plus belles et longues civilisations. De ceux qui ont compris tôt, beaucoup n'ont pas la pédagogique. Ils prônent dès fois l'exclusivité voire le proxénétisme. Ainsi, nous voyons les traîtres partout en notre sein. Et cela dessert la cause.

Selon nous (Moraf), le combat du panafricanisme n'est pas de remplacer la domination impérialiste occidentale par une suprématie nègre, mais plutôt de créer une société de valeurs solidaires où l'Homme est au centre et non l'argent ou le profit. Il s'agira de faire pour que la SOLIDARITÉ HUMAINE remplace la société concurrentielle qui nous est imposée depuis le 15 ème siècle de l'ère chrétienne. Et où le RESPECT soit au centre des rapports. Ainsi en paraphrasant les propos du sage et philosophe Ahmadou HAMPATÉ BÀ qui disait la Beauté d'un tapis provient de la diversité de ses couleurs, nous disons que la Beauté de ce monde proviendra du Respect des valeurs des différentes communautés et PEUPLES.

Fait, le 6 mai 2020.

Tapé GROUBERA président du Mouvement pour la Renaissance de l'Afrique (Moraf).
Notre devise au Moraf : S'informer, puis se former afin de transformer l'Afrique et partant le monde.
Mail : moraf.afrique@gmail.com

 

 

Houphouet Boigny a tres vite choisi son camp

CEST LA RESISTANCE DE GBAGBO QUI A CAUSE SA PRISON

GROUBERA TAPE